A. Archaeology

Original: http://www.csun.edu/~hfspc002/fouc.A1-3.html

 

(1) Folie et la médecine


 

  • Maladie mentale et personnalité (1954)
  • Maladie mentale et psychologie (1962). Trad. Alan Sheridan comme maladie mentale et psychologie (New York : Harper et Row, 1976)
  • Folie et déraison. Histoire de la folie à le « âge classique (1961). TRANS Richard Howard comme folie et civilisation : une histoire de la folie à l’âge de raison (New York : Pantheon, 1965)
  • Naissance de la clinique. Une archéologie du régard médical (1963). Trad. A. M. Sheridan Smith comme la naissance de la clinique : une archéologie de Perception médicale (New York : Panthewon, 1973). [BOC]

Ces travaux chaque interroge l’histoire de la médecine par le biais de la méthode archéologique qu’il décrit plus tard dans l’archéologie du savoir. Dans la folie et civilisation, il voit la folie comme une expérience limite de la raison et étudie les origines discursives de la pratique de l’exclusion de l’aliénation mentale. Ce qui est en jeu ici, c’est finalement une réécriture de l’histoire de la science comme une histoire de la raison, tenter de s’attaquer à l’exclusion des aliénés de la société « civilisée ». Comme Bataille, Foucault est ici intéressé par la folie comme une limite absolue qui rend l’ensemble de l’entreprise de la raison à trembler parce qu’il ne peut en rendre compte. La pratique médicale d’engagement psychiatrique est considérée comme un moyen d’exclure ce qui ne peut être justifiée. Naissance de la clinique traite plus généralement le “regard” [régard] dans la pratique médicale, qui est identifiée comme une structure non verbale de laquelle tous les profits de langue et le comportement médicales. Une hypothèse clé des deux œuvres est précisée dans l’introduction de BOC: “en notre temps–et Nietzsche le philologue témoigne à elle–[la possibilité et la nécessité de la critique] sont liées au fait que la langue existe et que, dans les innombrables mots prononcés par hommes–qu’ils soient raisonnables ou insensée, démonstratif ou poétique–un sens a pris forme qui pèsent sur nous, qui nous conduit vers l’avant dans notre aveuglement, mais en attente dans l’obscurité pour nous d’atteindre sensibilisation avant émergeant dans la lumière du jour et parlant. Nous sommes condamnés historiquement à l’histoire et à la construction patiente de discours, la tâche d’entendre ce qui a déjà été dit, » (xvi). Cette hypothèse est structuraliste et déterministe ; la puissance des structures linguistiques afin de perpétuer une réalité donnée et puis masquer le fait que cette réalité est apparu principalement par le biais de choix effectués par les agents humains souscrit au projet. De toute évidence, Foucault antérieur du travail a également un élan romantique ; il voit clairement lui-même découvrant une sorte de vérité derrière les discours, qu’il prend part.


(2) Connaissances


  • Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines (1966). Trad. Alan Sheridan, que l’ordre des choses : une archéologie des Sciences humaines (New York: Vintage, 1970). [OT]
  • L’Archéologie du savoir (1969). Trad. Alan Sheridan, l’archéologie du savoir (New York: Pantheon, 1972). [AOK]

OT effectue une archéologie des sciences humaines comme disciplines. C’est le plus controversé dans son traitement de la psychanalyse, qui ne devient pas une rupture majeure dans l’histoire de la science, mais une formation discursive qui est en continuité avec cette histoire même si il fait semblant de rompre avec elle. AOK est premier texte méthodologique de Foucault, décrivant le projet archéologique comme une pratique située de recherches historiques. “Le cri Monte que l’un est meurtre histoire chaque fois que, dans une analyse historique–et surtout si elle est concernée par la pensée, des idées ou des connaissances–on voit utiliser les catégories de discontinuité et de différence, les notions de seuil, de rupture et de transformation, la description des séries et des limites de manière trop évidente. L’un sera dénoncé pour atteinte aux droits inaliénables de l’histoire et les fondements mêmes de toute historicité possible. Mais on ne doit pas être trompé : ce qu’est être se frappaient la poitrine avec une telle véhémence n’est pas la disparition de l’histoire, mais l’éclipse de cette forme d’histoire qui a été secrètement, mais tout à fait, liée à l’activité de synthèse du sujet ; ce qui est actuellement se frappaient la poitrine est le “développement” (devenir) qui consistait à fournir un abri plus sûr, moins exposé que les systèmes de parenté, langues, mythes, la sexualité de la souveraineté de la conscience, ou désirer… ” (14).


(3) Littérature et philosophie


  • Raymond Roussel (1962) trad. Charles Ruas comme la mort et le labyrinthe : le monde de Raymond Roussel (Garden City, New Jersey: Doubleday, 1986).
  • Hommage à Georges Bataille (1963). Trad. comme « Une préface à la Transgression, » Donald F. Bouchard, éd., langue, Countermemory, Practice (Ithaca : Cornell, 1977) [LCM]
  • « Le langage à l’infini » (1963) trad. dans LCM. (Sur Blanchot. Je ne sais pas le titre Français pour cette pièce).
  • La pensée du dehors (1966). Trad. Brian Massumi comme “Maurice Blanchot : la pensée du dehors,” en Foucault/Blanchot (NY: Zone, 1987).
Alors que ces pièces ne sont pas Archéologies en soi, j’ai les inclure ici parce qu’ils se produisent au cours de la dite période archéologique de Foucault. Ils sont importants, non pas tant en ce qui concerne le projet archéologique comme une herméneutique de profondeur, mais plutôt en termes de préfiguration de Foucault se tournent vers la généalogie et, plus important encore, ses tentatives de théoriser la résistance au pouvoir. Il est également important de voir dans ce travail les contours des perspectives de Foucault vers la folie, de cruauté et de puissance, un intérêt dans ces conditions pas comme moralement reprochées comportements, mais limite, connaît. Bataille et Blanchot tous deux tentent d’approcher la philosophie et la littérature à travers ses limitespar le biais de ces expériences et des moments qui ne pouvaient pas correspondre aux. Intérêt de Foucault dans la transgression comme un moment fondamental pour ce qui est transgressé pouvait affirmer à la base de sa notion de la résistance comme « l’expression étrange dans les rapports de force, » (voir HOS ci-dessous). Théorie de Foucault de la subjectivité est aussi clairement influencée par ses lectures de ces écrivains.

Comments are closed.