Carnot et dessalement par osmose

Original: http://urila.tripod.com/Osmosis_Carnot.htm

URI Lakish, guma science

L’histoire commence à Paris, Arc de Triomphe et les Champs-Elysées Avenue. Comme nous le savons l’avenue commence à partir de Arc de Triomphe, mais pas seulement cette avenue. Il n’y a plus de routes qui partent de vers toutes les directions. Combien? J’étais et compté douze. L’un d’eux est Avenue Carnot. Qui était Carnot ? Lazare Carnot (17541823) était un général de l’armée de Napoléon et plus tard un ministre de son gouvernement. Après la défaite de Napoléon, il s’exile et ne revint jamais. Il fut aussi un mathématicien exceptionnel. Pourquoi nous intéressons-nous à lui ? En fait nous ne sommes pas vraiment intéressés, même pas du tout. Nous nous intéressons à son fils de Sadi Carnot (1796 1832). Il existe également une route en son honneur ailleurs dans Paris. Sadi n’est pas nom typiquement Français mais le nom d’un poète persan.
Sadi Carnot a vécu dans la première moitié du XIXe siècle. Il était un ingénieur qui a travaillé pour l’armée Français et traitées avec la technologie la plus avancée du temps. Ce qui était la plupart technologie alors ? Machines à vapeur.
Aujourd’hui les moteurs à vapeur sont nostalgie, « Chip chif chaf soufflée la locomotive », mais choses étaient très différentes à ce moment-là. Si vous vouliez aller de ville en ville, puis au lieu de rester dans un carrosse, sautez sur les pierres, de sombrer dans la boue et être vulnérables à l’autoroute-hommes, au lieu de tout cela, il sera possible d’aller sur un wagon de train bientôt arriver confortablement à l’heure à votre destination. Si par exemple vous voulez naviguer vers un pays lointain, alors au lieu de voyager avec un bateau à voile et de se coincer pendant des semaines dans le milieu de l’océan, parce qu’il n’y a pas de vent, à la place de qui vous bientôt voyager avec un bateau à vapeur et savoir quand vous partez et quand vous arrivez. Peut-être plus important encore, il sera possible de pomper l’eau dans les foyers dans la ville, et il y n’aura aucun besoin de porter de puits ou de la rivière avec les cruches, qui est très romantique mais pas pratique.
L’avenir semblait prometteur, avait l’air vif, et notre Carnot cherché des moyens d’améliorer la machine à vapeur. Qu’est-il arrivé à lui alors, c’est ce qui est arrivé au roi Saül en son temps. Saul est allé chercher des ânes et trouvé un Royaume. Carnot alla pour chercher des machines à vapeur et ce qui n’a il trouvé ? Il a trouvé la Loi plus importante de la science depuis toujours. Aujourd’hui, cette loi s’appelle la deuxième loi de la thermodynamique.
Peu de temps, nous allons parler de la Loi de Carnot, mais avant cela quelques mots sur l’homme. Sadi Carnot est décédé à l’âge jeune, dans la trentaine, dans l’un des fléaux qui étaient à la mode à cette époque, et qu’il ne savait pas qu’il était un tel homme. Très probablement nous aussi n’aurait pas su, et aussi aucune autre personne, si ce n’était un autre homme qui a redécouvert la loi 30 ans plus tard. Cet homme était non seulement un grand scientifique, mais aussi un grand homme et c’est pourquoi nous lui rendre hommage et l’appeler par son nom, Clausius. Contrairement à ce qui est bon aujourd’hui, que les gens prennent le travail des autres et assignez-le à eux-mêmes, après avoir découvert la Loi, Clausius est allé et s’assit dans les bibliothèques et regardé dans les archives anciennes, pour voir si quelqu’un d’autre a découvert la loi devant lui. Finalement il a trouvé les travaux de Carnot, largement publié il et lui donna tous le crédit et le respect qu’il méritait. Pourquoi la Loi de Carnot est la deuxième loi de la thermodynamique ? Car au cours des années 30 qui a adopté la première loi a été découverte. Aujourd’hui, qu’elle est appelée la conservation de l’énergie.
Après une introduction ce pompeuse, on pourrait penser qu’au moins 10 ans à l’Université sont tenu d’apprendre Loi de Carnot, cependant il n’est pas comme ça du tout. Le monde de Carnot était un monde dynamique des processus rouets, pistons, monter et descendre, vannes, ouvrant et fermant, vapeur siffle à travers les cheminées, tohooo… et Carnot essayé de penser à ces processus de manière plus abstraite. Il s’intéresse particulièrement au « processus réversibles ».
Ce qui est un processus réversible ? À l’instar de son nom, il est possible d’inverser le sens de son fonctionnement. La meilleure chose est de voir un exemple comme dans la figure ci-contre l’on voit s’étendant d’une bande de caoutchouc. Maintenant la bande à une longueur spécifique nécessite une force d’étirement spécifique entre les bras. Si maintenant la force augmente un peu la bande s’étire un peu plus, et si la force est réduite à sa valeur précédente la bande sera raccourcie à la longueur de son précédente. Cet exercice est répété pour différentes longueurs, et voici un processus réversible. Clairement, si la bande est tendue de plus en plus, il sera éventuellement irréversiblement être déchirée. Ainsi, le processus est réversible que dans une gamme de longueur de bande.

Figure1 : Un tendue élastique un exemple d’un processus réversible. Augmenter la force allongera la bande. Réduction de la force à sa valeur précédente raccourcira la bande à la longueur de son précédente.
Pas tous les processus sont réversibles, par exemple, mélanger une cuillère de sucre dans une tasse de thé. Le sucre ne peut pas être « non mélangé » ensuite du thé en inversant le mouvement de la cuillère. Mélange de sucre est un processus irréversible.
Carnot postule que les processus réversibles sont le plus efficace possible dans la nature. Chaque processus qui n’est pas réversible sera moins efficace. Ce postulat simple a, comme nous le verrons, loin des implications, et Carnot utilisé pour analyser le fonctionnement de la machine à vapeur. Le fonctionnement de la machine à vapeur est un processus complexe qui inclut des étapes de chauffage et de refroidissement, et Carnot a faire face à un cycle complet d’opérations, certains d’entre eux avec l’augmentant ou en diminuant la température. Notre système de dessalement est plus simple et il est possible de supposer que la température est uniforme et constante.
Maintenant, que nous sommes équipés avec cette forte Loi de Carnotil est temps d’aller au dessalement de l’eau. Figure-2 montre un bateau construit d’un U en forme de tube avec une membrane semi-perméable dans sa partie inférieure qui sépare ses deux bras. Une membrane semi-perméable est une membrane qui permet le passage d’eau à travers, mais il bloque le passage des sels.

Figure-2: Une membrane semi-perméable sépare les bras d’un tuyau en forme de U qui contient de l’eau. Sel dans le bras gauche génère la pression osmotique dedans. La pression sur le piston au-dessus de la solution dans le bras gauche détermine le sens d’écoulement de l’eau à travers la membrane.
L’eau est tout d’abord ajouté au bateau et puisqu’il peut passer d’un côté à l’autre, il atteindra le même niveau sur les deux bras. Maintenant, du sel est ajouté au bras gauche. Le sel qui ne peut pas passer à l’autre bras se dissout dans l’eau et génère la pression osmotique qui induit l’écoulement d’eau provenant du bras d’eau pure sur le bras de solution saline. Le passage de l’eau s’élève le niveau de la solution au-dessus du niveau de l’eau pur. Ce processus de passage d’eau est appelé osmose. Pourquoi la pression osmotique est générée ? Et pourquoi il n’induit pas de passage de l’eau ? Nous réserverons à dessein ces questions à une discussion ultérieure.
Il est possible d’arrêter le passage de l’eau de bras à bras en mettant un piston sur le visage de la solution et générer de pression sur elle qui est égale à la pression osmotique. Maintenant le système est dans un état statique, rien ne bouge. Si nous augmentons la pression sur le piston, il se déplace vers le bas et l’eau s’écoule de la solution de sel à l’eau pure. Il s’agit d’osmose inverse et le processus est dessalement puisque nous avons transféré l’eau d’une solution de sel à l’eau pure. Si nous réduisons la pression sur le piston à sa valeur initiale, le sens d’écoulement de l’eau reviendra encore une fois, l’eau va passer à la solution saline et le piston se déplace vers le haut et revenir à sa position initiale. Quel est ce processus ? Droit, c’est un processus réversible. Estce que loi de Carnot nous dit à ce sujet ? Il est le plus probablement efficace.
Lorsque le piston pousse un volume V d’eau à travers la membrane, puis le travail effectué est égale à la pression osmotique fois ce volume. Afin que nous sachions combien d’énergie doit être investi afin de dessaler une quantité donnée d’eau. Cette énergie est le minimum requis pour le dessalement, parce que le processus est réversible. Dans n’importe quel autre processus qui n’est pas réversible, nous devrons investir plus d’énergie.
L’énergie investie en poussant le piston vers le bas est exactement égale à l’énergie retournée lorsque le piston revient à sa position initiale. Cette description semble trop beau pour être vrai, et en effet, il existe des pertes pendant chaque étape qui ne peut être évité. Par exemple, le passage de l’eau à travers la membrane implique perte d’énergie inévitable qui ne dépend pas de la direction de l’écoulement de l’eau. Poussant le piston nécessite plus d’énergie que celle de la limite réversible, et quand il est repoussé vers le haut de moins d’énergie que la limite réversible est acquise. L’énergie se perd les deux sens. Il est possible seulement de le réduire en diminuant la vitesse d’écoulement de l’eau. Un processus réversible est donc une abstraction ou une limite d’un processus naturel qui implique toujours une perte irréversible.
De ces considérations, il est clair qu’il n’est pas possible de dessaler l’eau sans investissement d’énergie du tout. Si nous étions en quelque sorte magique pour réussir pour dessaler l’eau de la solution sans aucun apport d’énergie, nous pourrions prendre cette eau et produire de l’énergie avec notre bateau en renvoyant l’eau à la solution de sel avec le processus d’osmose. En répétant cette procédure encore et encore, on obtient une machine mobile de perpetuum qui produit l’énergie à partir de rien. Un tel processus n’est évidemment pas possible.
Une Sommaire intermédiaires, il existe un processus d’osmose et osmose inverse qui pratiquement on ne sait rien sur, néanmoins, avec l’aide de la Loi de Carnot nous savons cela beaucoup.
Avant Carnot la vue du monde matériel était basée sur la mécanique des lois de Newton. Les lois de Newton sont déterministes. Selon eux, si l’état d’un système est connue, c’est-à-dire, les positions et les vitesses de toutes les particules dans le système, puis les lois déterminent précisément les endroits les particules seront à tout moment dans l’avenir. De même, les lois déterminent les endroits et les vitesses ils ont été à tout moment dans le passé. En fait, sachant que, ne sachant pas, n’est pas si important. Les lois agissent sur les particules de toute façon. Ce point de vue déterministe du monde, qui contraste avec notre expérience quotidienne, a été un grand puzzle pendant une longue période.
La vision mécanique du monde conduit les gens à chercher les détails très des systèmes afin d’appliquer les lois de Newton sur eux et de les comprendre de cette façon et plus de détails le mieux. Par contre, l’utilisation de la Loi de Carnot dans notre exemple modeste d’osmose permet aux questions de compréhension de l’importance dans un système que nous connaissons presque pas et que nous ne comprenons pas. Dans de nombreux cas, la connaissance détaillée, ce qui est requis dans l’affichage mécanique, n’est pas nécessaire. Loi de Carnot s’étend à l’idée de ce que la science est tout au sujet. Si avant Carnot seulement mathématiques, physique, astronomie et peut-être un peu chimie, étaient considérées comme sciences, Loi de Carnot a ouvert une porte large de passer par pour les sciences de la vie, économie et sciences sociales, mais aussi arts et sciences humaines. Questions de systèmes peuvent être discutées judicieusement même si on sait peu à leur sujet.
L’apparemment naïve postulat de Carnot, qu’un processus qui n’est pas réversible sera toujours moins efficace qu’un processus réversible, possède encore plus des conséquences importantes. Supposons que nous filmons un processus qui n’est pas réversible avec une caméra vidéo. À un certain moment nous arrêter et exécuter le film en arrière, comme ce que nous voyons à plusieurs reprises à la télévision ou au cinéma. Est le film vers l’arrière, qui nous regarde, un éventuel processus dans la nature ? Selon Newton, oui. Tout ce que nous avons à faire est d’arrêter le système et de l’inversion de toutes les particules vers l’arrière. Toutes les particules seront déplacera ensuite retour à leurs places initiales et le système reviendra à son état initial, comme vu dans le film inversé. Que dit la Loi de Carnot à ce sujet ? Pas du tout. Pourquoi ? Parce que si l’efficacité du processus à l’origine filmé est inférieur à celui d’un processus réversible, l’efficacité du processus d’exécution en arrière, qui retourne le système à son état initial, sera supérieure à celui d’un processus réversible. Ce n’est pas possible dans la nature conformément à la Loi de Carnot. Qui a raison ? Newton ou Carnot ? Réalité nous dit que Carnot a raison. Les lois de Newton ne sont pas capables de faire la distinction entre passé et futur. En revanche, cette propriété de la Loi de Carnot, qu’il n’est pas possible d’inverser le processus dans la nature dans le temps, signifie qu’il y a une différence entre passé et futur. Y a donc quelque chose de nouveau dans la Loi de Carnot qui n’existe pas dans les lois de Newton. Il a fallu longtemps pour que ce point à être compris.
Le travail de pionnier de Carnot, certaines personnes disent « lumières », a mené à la science de la thermodynamique. La capacité de traiter des systèmes quand ne connaît pas grand chose à leur sujet, a conduit à l’introduction de probabilité dans la théorie et de cela à la science de la mécanique statistique. La théorie quantique, mis au point au cours de la première partie du XXe siècle, a remplacé « NSP » par « ne peut pas savoir » et que le conflit avec les lois de Newton le déterministe disparu dans une large mesure. Thermodynamique et mécanique statistique ont depuis lors ont pénétré dans la base de toutes les branches de la science, et il semble impossible de faire sans eux. Par exemple, les « trous noirs », ces corps étranges dans l’univers que quoi que ce soit à proximité de les absorbent. Des arguments thermodynamiques des dernières années indiquent que, aussi, ces organismes s’évaporer lentement et perdent leur matériel jusqu’à ce qu’ils disparaissent.
Après avoir erré à de telles hauteurs, il est temps d’atterrir sur la terre ferme et à retourner au dessalement de l’eau. Nous pouvons rappeler le kilo-calories de jours d’école, de l’unité d’énergie égale à la quantité de chaleur nécessaire pour chauffer un litre d’eau d’un degré Celsius. Afin de chauffer un litre d’une température de 20 degrés à la température d’ébullition de 100 degrés, nous avons besoin, c’est pourquoi 80 kilo-calories. Si nous voulons faire bouillir cette eau et la transformer d’un liquide à une vapeur nous aurons besoin de plus de 540 kilo-calories. Combien de kilo-calories est requises pour dessaler un litre d’eau de mer ? Le minimum d’énergie, par la Loi de Carnot, est un peu plus de la moitié un kilo-calories. Dans le dessalement usines y sont inévitables pertes et l’énergie réellement requise est environ 2 à 3 kilo-calories. Malgré cela, l’énergie requise pour chauffer l’eau pour une tasse de café est bien au-dessus de l’énergie requise pour dessaler cette eau.
Dessalement consomme d’énergie sans doute, mais il n’est certainement pas énergivore, et puisqu’il n’y a une pénurie d’eau grande dans de nombreux endroits dans le monde, qui deviendra seulement plus sévère, il n’y a pas d’autre moyen mais l’appliquez. Chauffage de l’eau est beaucoup plus énergivore. Dans les années 60 du siècle dernier a adopté une loi qui exigeait de chaque nouvel appartement à avoir un chauffe eau solaire. Au cours des années cette loi a entraîné une économie importante de combustible et d’énergie. Il serait intéressant de savoir combien a été enregistré depuis lors.
Certains endroits, comme la Scandinavie et la Sibérie, ont des excès d’eau pure. Dans ces endroits, il est possible de produire de l’énergie par osmose de la salinité de l’eau de mer. Un cas particulier est la mer morte, qui est environ dix fois plus salée que l’eau de mer. Pendant des décennies, l’eau de la rivière Jordan a été pompée depuis le lac de Galilée et utilisé pour la boisson et d’irrigation. Si l’eau de la rivière serait autorisé à circuler à nouveau à la mer morte, comme par le passé, alors il serait possible de produire de l’énergie la rivière se jette dans la mer. Beaucoup plus d’énergie peut être produite, puisque l’eau est beaucoup plus salée. Une usine de dessalement de pleine grandeur peut fournir la même quantité d’eau et, en même temps, la mer morte-pourrait être sauvée de s’évaporer et finit par disparaître.
Il y a une dette à gauche. Ce qui est en réalité l’osmose ?
L’explication du phénomène d’osmose a été donnée par vant-Hoff, chimiste hollandais, et il lui ont valu le premier prix Nobel en chimie en l’année 1901. Van ‘ t Hoff fait une analogie entre les molécules et les particules dans une solution dans un récipient et a postulé que la formule de la pression osmotique dans une solution est identique à la formule de la pression des gaz parfaits dans un récipient. L’analogie en déduit que la pression osmotique ne dépend pas du type des particules dissoutes, mais seulement proportionnelle à leur concentration.
Van ‘ t Hoff écrit: « le mécanisme par lequel, selon nos conceptions actuelles, la pression élastique des gaz est produite est essentiellement la même que celle qui donne lieu à la pression osmotique dans les solutions. Ça dépend, dans le premier cas, sur l’impact des molécules de gaz contre la paroi du récipient ; dans le second, sur l’impact des molécules de la substance dissoute contre la membrane semi-perméable, depuis les molécules du solvant, étant présent sur les deux côtés de la membrane à travers lequel ils passent, n’entrent pas en considération. »
Van ‘ t Hoff fut également le premier à suggérer suivi un spatial structure tridimensionnelle d’une molécule chimique et par cette proposition, il a ouvert de nouveaux horizons à la science de la chimie et tout ça. Dans une perspective historique, ce travail pourrait vaut un prix Nobel aussi bien. Van ‘ t Hoff pensée des trois dimension structure lorsqu’il était étudiant au doctorat, mais quelqu’un lui conseille ne pas de le publier immédiatement, mais d’attendre et de soumettre un travail plus standard pour la mesure, et donc il l’a fait.

Heureusement pour Van ‘ t Hoff les données expérimentales sur l’osmose n’étaient pas clairement assez, et donc il pourrait passer sa théorie. Il a vite découvert que la formule de la pression osmotique travaille dans des molécules comme le sucre, mais même avec une molécule simple comme le sel de table la pression osmotique est environ deux fois plus que celle calculée par la formule.
Ce résultat a d’Arrhenius, chimiste suédois, de suggérer qu’une molécule de sel de table se désagrège aux ions de sodium et de chlore lorsqu’il se dissout dans l’eau. Étant donné que chaque molécule de sel est composé de ces deux ions, leur concentration globale est le double de la concentration moléculaire. Par conséquent, la pression osmotique devrait également doubler. Arrhenius n’a pas reçu un avis similaire à celui octroyé aux van ‘ t Hoff, et il a soumis cette théorie pour sa thèse de doctorat. Ses professeurs examen ne le crut, mais avaient peur de disqualifier son travail. Alors ils lui a donné une note de passage bas. Arrhenius est devenu bien connu avec les années à venir, a contribué plus importantes réalisations scientifiques et a reçu un prix Nobel en 1903.
analogie de Van ‘ t-hoff entre pression osmotique et pression du gaz n’a pas été acceptée avec les années qui suivirent. De nombreux opposants ont rejeté, et il n’est pas encore aujourd’hui admis. Il y avait et ya des gens qui prétendent que la similitude entre la pression osmotique et pression de gaz est juste une coïncidence. Il n’y a pas beaucoup d’avantages discuter de cette question, et ce qui reste est de citer certaines des personnes plus grands de la science.
Un homme jeune et pas encore bien connu, Albert Einstein, un examinateur de brevets de troisième degré dans l’office des brevets de Berne, a écrit cinq ouvrages scientifiques en 1905 qui ont changé le monde, et cette année fut surnommée « annus mirabilis » l’année des merveilles. Son deuxième ouvrage traite de « Mouvement brownien ». Brown est un botaniste qui a regardé à travers le microscope à minuscules particules qui flottent dans une goutte d’eau. Les particules n’étaient pas au repos, mais constamment vibré et déplacé d’un endroit à l’autre de manière aléatoire. Dans un premier temps le phénomène a été attribué pour les organismes vivants, mais ensuite il s’est avéré qu’il a été observé dans les particules inanimées. Einstein explique ce phénomène en proposant que les molécules du liquides, qui entourent la particule, frappez-le en permanence de toutes les directions et en qui ils obligent à se déplacer au hasard.
Pourquoi cette explication est-elle importante ? Tout le monde sait que les matériaux sont composés d’atomes qui autrefois étaient considérés comme fondamentaux particules indivisibles. Aujourd’hui, nous savons qu’un atome est constitué d’un noyau de protons et de neutrons qui est entouré d’électrons. Ces particules sont construits de particules encore plus. Au XIXe siècle l’hypothèse atomique ne était pas tenir pour acquis et beaucoup de gens pense que les atomes n’existent pas vraiment, mais sont seulement une commodité mathématique qui permet d’effectuer des calculs. Après la publication des travaux d’Einstein, l’idée qu’il existe vraiment des atomes s’entremêlait.
Au début de son travail Einstein écrit (la source est en allemand): “nous devons présumer que les particules en suspension effectuent un mouvement irrégulier même si un très lent dans le liquide, en raison du mouvement moléculaire du liquide ; Si ils sont empêchés de quitter le volume V * par la partition, ils exerceront une pression sur la partition à l’instar de molécules en solution. » [3]. (la partition est la membrane semi-perméable).
Enrico Fermi, un des contributeurs importants à l’élaboration de la théorie quantique et la physique nucléaire, et qui a aussi construit le premier réacteur nucléaire, a écrit un livre intitulé « Thermodynamique ». Le livre a gagné fait l’éloge pour sa profondeur de pensée et de la clarté de présentation, et il semble que très peu le lire. Voici un court paragraphe de la discussion de l’osmose: « alors la pression sur le côté de la membrane vers la solution passera par les impacts contre elle des molécules des substances dissoutes, » [4].
Les citations parlent d’elles-mêmes. L’auteur de ces pages pense que la pression osmotique est essentielle pour maintenir l’équilibre du moment linéaire sur la solution. Il s’agit plus ou moins ce que disent Einstein et Fermi.
Pourquoi les molécules d’eau peuvent traverser la membrane semi-perméable ? L’écrivain a cherché une explication, mais n’a trouvé aucun. Il suppose que la membrane perméable contient des sites hydrophiles qui attirent l’eau et les molécules d’eau sauter d’un site à l’autre et dans cette façon de traverser la membrane.
En résumé, les réflexions sur le sens de la science et la science et le monde, peuvent venir du « big bang » et de la « particule de Dieu » et également de questions de plomberie.
Références :
1. S. Carnot, « Réflexions sur la puissance motrice du feu » (“Reflections on the Motive Power of Fire”), Dover Publications, Inc., New York (1960, 1988)

2. J.H. van ‘ t Hoff, « Die Rolle osmotischen Drucks in der Analogie zwischen Losungen und Gasen » (“Die Rolle osmotischen Drucks in der Analogie zwischen Losungen und Gasen”), Zeitschrift fur physikalische Chemie, vol 1, pp. 481-508 (1887)

J.H. van « t Hoff, « The fonction de pression osmotique dans l’analogie entre Solutions and Gases » (The Function of Osmotic Pressure in the Analogy between Solutions and Gases),

traduit par W. Ramsay, Philosophical Magazine, S. 5. vol. 26. N ° 159. Août, pp. 81-105 (1888)

 J.H. van Hoff, « Le rôle de pression osmotique dans l’analogie entre Solutions and Gases » (The Role of Osmotic Pressure in the Analogy between Solutions and Gases),

dans : la théorie moderne de la Solution, mémoires de Pfeffer, Van ‘ t Hoff, Arrhenius et Raoult,

traduit et édité par Harry C. Jones, Harper & Brothers Publishers, New York et Londres, pp. 11-42

3. A. Einstein, « On the Motion de petites particules suspendues dans liquides à reste requis par le cinétique moléculaire théorie de Heat » (On the Motion of Small Particles Suspended in Liquids at Rest Required by the Molecular-Kinetic Theory of Heat), initialement publié dans Annalen der Physik 17 [1905]: 549-560

A. Einstein, « Уnquêtes sur la théorie du brownien mouvement » (Investigations on the Theory of the Brownian Movement), traduit par A.D. Cowper, Dover Publications, Inc., New York, pp. 1-18 (1956)

4. E. Fermi, « Thermodynamique », Dover Publications, Inc., New York (1936, 1957) pp. 118-123

Sur le net : décembre 2012.

Par l’auteur :

  1. Dessalement par osmose et Carnot, http://urila.tripod.com/Osmosis_Carnot.htm, décembre (2012).
  2. « Light Scattering », http://urila.tripod.com/scatter.htm, août (2011).
  3. « Le soleil et la lune, une énigme dans le ciel », http://urila.tripod.com/moon.htm, juillet (2011).
  4. « Osmose et thermodynamique », American Journal of Physics, vol. 75 (11), p. 997-998, novembre (2007).
  5. « Preuve de Van ‘ t Hoff », http://urila.tripod.com/evidence.htm, octobre (2007).
  6. « Osmose et thermodynamique », http://urila.tripod.com/osmotic.htm, janvier (2007).
  7. « L’expansion d’un gaz parfait », http://urila.tripod.com/expand.htm, décembre (2002).
  8. « Optimisation de l’efficacité du Reverse osmose l’eau de mer dessalement », http://urila.tripod.com/Seawater.htm, mai (2002).
  9. « Équation de Boltzmann Transport », http://urila.tripod.com/Boltzmann.htm, mai (2002).
  10. « Énergétique du dessalement de l’eau de mer », http://urila.tripod.com/desalination.htm, avril (2000).
  11. « Nombre de d’Avogadro atomique et poids moléculaire », http://urila.tripod.com/mole.htm, avril (2000).
  12. « Pression de vapeur, d’ébullition et des températures de congélation d’une Solution », http://urila.tripod.com/colligative.htm, décembre (1998).
  13. « Osmose osmose et osmotique pression ce qu’ils sont », http://urila.tripod.com/index.htm, février (1998).
  14. « Calcul des coefficients linéaires dans des processus irréversibles par des arguments cinétiques », American Journal of Physics, vol. 46 (11), p. 1163-1164, novembre (1978).
  15. « Dérivation de certaines propriétés de base des solutions de processus de collisions élastiques et gaz idéaux », Journal of Chemical Education, vol. 55 (6), p. 369-371, juin (1978).
Liens :
  1. Laboratoire de recherche de thermodynamique, http://www.uic.edu/~mansoori/Thermodynamics.Educational.Sites_html
  2. Thermodynamik Warmelehre, http://www.schulphysik.de/thermodyn.html
  3. Les aveugles et l’éléphant
  4. Mon Spin en folie
  5. Cinq semaines en ballon
  6. Le premier homme que j’ai vu
  7. « Plus vite, plus vite! »
  8. La perfection ne peut être transportée
  9. L’homme plu haut
  10. Cerveaux
  11. Les passagers de première classe
  12. Autres

 

Comments are closed.